Pourquoi avez-vous réussi ?

contest-3336942_1920A sa troisième semaine de stage, Camille commence à appréhender de nouvelles pratiques très constructives comme l’analyse de ses réussites. Il est intéressant de voir son regard de Millenials :

Après un échec, les questions sont toujours les mêmes : pourquoi cela n’a pas fonctionné ? Qu’est-ce que j’ai mal fait ? À quoi cet échec est-il dû ?

Nous avons beaucoup moins tendance à le faire après un succès. C’est un comportement humain normal ; pourtant, il est tout aussi bénéfique d’apprendre d’un succès.

Apprendre est un processus qui consiste à actualiser nos théories. Cela revient essentiellement à comprendre pourquoi les choses se produisent et pourquoi certaines décisions se traduisent par des résultats spécifiques. On devrait donc apprendre à utiliser un succès pour en engendrer d’autres en ayant compris les mécanismes.

Pour cela, voici 5 modèles d’apprentissage après un succès.

  • Fêtez la réussite, mais examinez-la. Apprendre de ses réussites est une énorme opportunité. Il est possible de découvrir que la réussite n’était en fait que due au hasard ou à des facteurs extérieurs. Célébrez le succès, mais faites une évaluation après ; cela pourrait mettre en lumière de graves problèmes.
  • Instaurez des bilans systématiques. Les raisons qui font que l’on réussit ou que l’on échoue ne sont souvent pas claires. Lorsqu’ils sont bien utilisés, les bilans génèrent des recommandations spécifiques. Il faut se poser 4 questions clés :
    • Qu’avions-nous prévu de faire ?
    • Que s’est-il passé réellement ?
    • Pourquoi cela est-il arrivé ?
    • Qu’allons-nous faire la prochaine fois ?

Comprendre les raisons des bons résultats et des réussites peut être riche d’enseignements importants.

  • Utilisez le bon référentiel temporel. De manière générale, le temps écoulé entre une action et ses conséquences est assez long. Cela rend l’analyse des causes d’une performance plus difficile. Il faut donc se placer dans le bon référentiel temps pour bien évaluer les performances et ne pas se méprendre sur les facteurs.
  • Reproduire un schéma n’est pas apprendre. La leçon que l’on tire d’une réussite ne s’arrête pas à une liste de choses à refaire exactement de la même manière. Il faut distinguer les facteurs que l’on peut contrôler et les facteurs externes. Les facteurs que l’on a contrôlés peuvent rester partie intégrante de la formule gagnante. Mais il faut comprendre l’incidence que les facteurs externes ont sur eux.
  • Tant que ça marche, continuez à faire des expériences. Il faut continuer à expérimenter et à faire des tests jusqu’à arriver à un point de rupture. Bien sûr, il faut gérer ses expériences avec une grande prudence afin d’éviter de lourdes conséquences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *